Grève des Femmes* | Frae*streik

Dans le contexte de la journée internationale des femmes 2020, la JIF Luxembourg appelle à une grève des femmes au Luxembourg.

Crowdfunding

Help financing the mobilisation materials and the actions on the strike day!
Every small donation helps to pay buttons, stickers, flags, flyers, posters,...

Nouvelles

Trouvez toutes les nouvelles du mouvement pour la première grève des femmes* au Luxembourg :

Témoignages de Femmes*

Réclamer sa juste part

Réclamer sa juste part

Pélagie B.

J’ai une formation dans l’hôtellerie et la couture. Quand je suis arrivée au Luxembourg en 2010, je n’ai pas pu exercer tout de suite dans mon domaine de prédilection, la couture, alors j’ai dû accepter le poste de femme de chambres dans un hôtel.

Qui en passant est un poste extrêmement physique et dévalorisé dans notre société. De par ma qualité d’exécution des tâches, on me confie souvent la direction des équipes et la gestion courante lorsque la gouvernante est absente. Mais en 8 ans de loyaux services, à aucun moment, on ne m’a proposé une promotion. J’ai également fait, à plusieurs reprises, des demandes d’évolutions au sein du groupe mais en vain.

Quand on voit toutes les personnes “noires”/de couleurs/étrangères qui sont venus passer des entretiens pour des postes qualifiées et qui n’ont pas été prises ; je me dis que c’est aussi à cause de ma couleur de peau qu’on ne m’a jamais donné la chance de faire mes preuves dans un autre domaine que celui du nettoyage des chambres. Comme si que nous les étrangers sommes bons que pour faire un travail pénible.

Pour ne plus subir ces injustices et sortir de l’ombre, j’ai décidé de créer, à côté, ma propre marque de vêtements et j’espère gagner suffisamment d’argent pour devenir mon propre employeur et porter mon rêve de créatrice de mode à la lumière.

Palliative Care – och Stierfbegleedung ass Care-Aarbecht!

Palliative Care – och Stierfbegleedung ass Care-Aarbecht!

Joelle

Ech hat virunn e puer Wochen d’Stierfbegleedung bei menger Mamm iwwerholl. Dës Aufgab war esou wuel psychesch-emotional wéi awer och kierperlech (zB net vill Schlof) ustrengend a war mat enger immenser Uspaanung verbonnen. Schwéier war och, dass meng Mamm wéinst enger Demenz a well se an engem komaaartegen Zoustand war, sech net
méi konnt ausdrécken an et net méiglech war, erauszefanne wat si wollt a wéi ee kéint hëllefen.

A menger Situatioun war d’Stierfbegleedung eng +/- full-time Tâche, och well ech zimlech eleng war an de Stierfprozess keen einfache war. Ech konnt et och nëmmen an där Form leeschten, well ech op der Aarbecht d’Ënnerstëtzung vun der Directioun an den Aarbechtskolleginnen hat. Ech hat Chance dass d’Personal am Altersheim immens léif a kompetent war a se et erméiglecht hu fir déi Betreiung beschtméiglech ze maachen. Besonnesch de medezinesche Volet huet gutt geklappt (soins, Schmäerztherapie,…) mee doriwwer eraus ass et kloer, dass en Altersheim keen Hospiz ass, wouduerch déi psycho-sozial prise en charge e bëssi méi kuerz koum. Et huet mech net verwonnert, dass an deem Alterheim quasi nëmme Fraen an der Fleeg schaffen, erstaunlech ass awer, dass et (bal) nëmme jonk Frae sinn (an der Fleeg, awer och am «groupe animation»).

Fleeg ass eng Aarbecht déi net genuch valoriséiert gëtt. Et gëtt awer och net genuch thematiséiert, wat déi Aarbecht fir
d’Geslleschaft bedeit a wéi se nach kéint verbessert ginn.

Constamment sous pression

Constamment sous pression

Anonyme

Je travaille comme aide-soignante dans une maison de retraite. Mon travail consiste principalement dans l’assistance aux personnes dépendantes. (faire la toilette, s’occuper des habits, aide aux repas, être à l’écoute des personnes).

J’aime bien mon travail, mais le problème est que je dois m’occuper d’un trop grand nombre der personnes. Le matin il faut faire face souvent à des situations inimaginables et je n’ai pas le temps nécessaire pour faire convenablement le travail et encore moins pour être à l’écoute de ces personnes. J’ai donc souvent une mauvaise conscience et je me trouve constamment sous pression. C’est le cas aussi de mes collègues et la conséquence est un grand absentéisme.

Souvent je dois donc faire face à un changement d’horaire à court terme ce qui pose problème car élevant seule mes enfants, je dois respecter un strict planning qui m’est imposé par la maison relais. Cette situation est très dure, je suis toujours fatiguée et je n’arrive pas à récupérer. Je n’ai jamais du temps libre pour moi. Je suppose que c’est cette pression constante est aussi responsable pour les nombreuses démissions.

Femme Monoparentale 1 journée-type

Femme Monoparentale 1 journée-type

Anonyme

lever: 5:00 du matin
préparer les 2 enfants et moi-même
conduire les enfants à l’école
aller travailler de 8-12
aller rechercher les enfants- ou payer une dame qui garde les enfants jusqu’à 16:00.
devoirs à domicile
conduire les 2 enfants à leurs activités sportives respectives
faire les courses, préparer le dîner, faire la vaisselle
discussions pour aller au lit
Enfin un peu de temps pour moi; je suis fatiguée, mais les tâches ménagères
doivent être faites (le soir ou pendant les weekends)

Quand les enfants étaient à l’école primaire, je ne travaillais qu’à mi-temps et on vivait de mon salaire, des allocations familiales et de la pension alimentaire que le père des enfants payait. Souvent on n’arrivait pas à joindre les 2 bouts à la fin du mois. Après j’ai eu 2 emplois à mi-temps et j’ai engagé une femme pour s’occuper de mon ménage et des 2 enfants après l’école. J’avais l’impression de courir toute la journée pour n’avoir que peu d’argent en plus.

Puis j’ai commencé à travailler chez mon employeur actuel et j’ai eu la chance d’avoir une patronne qui comprenait ma situation et disait : «D’Kanner gi vir!» ceci m’a beaucoup aidée lorsque je suis tombée gravement malade et que j’ai eu tout le soutien possible de mes collègues et de ma patronne. J’ai eu beaucoup de problèmes lorsqu’un de mes enfants a dû être hospitalisé. On me demandait de rester avec lui dans la chambre (aussi pendant la nuit) et je ne savais que faire de mon autre enfant.

Le père avait un droit de visite; mais le plus souvent, il déposait les 2 enfants chez sa mère et allait au bistrot. J’avais toujours peur qu’il emmène les enfants en voiture lorsqu’il était alcoolisé. La cause principale de notre divorce était la violence domestique que mon ex-mari m’avait fait subir. Ceci rendait très difficile le contact père-enfants. Je peux dire que j’ai élevé mes enfants toute seule et c’était dur. J’ai toujours dû prendre toutes les décisions toute seule et ne pas avoir la possibilité que quelqu’un prenne la relève lorsque j’étais épuisée m’a fait sentir mes limites. Je me suis souvent sentie seule dans ces moments-là.

Reklassement: Aarbechter 2ter Klass?

Reklassement: Aarbechter 2ter Klass?

Doris (Numm geännert)

Fleegekraaft: Duerch Krankheet ee Reklassement intern

Virun dréi Joer huet alles ugefaangen. Eigentlech sinn ech scho Jore laang geplot mat Réck wei, ech hunn awer ëmmer viru geschafft. Vill Operatiounen hunn ech missen iwwert mech ergoe loossen.Virun drei Joer huet den Dokter dunn entscheet ee Reklassement intern unzefroe vue que dat ech vill Aarbechten net méi maache kann. Ech schaffen am soziale Beräich an engem Fleegeheem. Den Dokter huet alles vum Reklassement an d’Rei gemaach.

Ech hunn misse bei de Kontrolldokter a bei een Dokter vun der Adem goen, wou ech ëmmer nees meng ganz Geschicht vu fir hunn missen erklären. Dei alleguerten hunn direkt gesot mat menger Krankegeschicht kann ech sou net weider schaffen. Dei ganz Prozedur ass un d’Lafe komm. Ech hunn missen an eng Versammlung goe wou erkläert gouf wei de Reklassement ofleeft.

Wann Prozedur fäerdeg ass an een de Reklassement zu 50% huet, krit een 3 Méint just eng hallef Paien an zwar déi vum Patron. Leider waren et bei mir 6 Méint wou ee muss kucke wei een alles finanziell gereegelt krit. Wat net einfach ass wann een ee Prêt huet a Loyer ze bezuelen an net nëmmen dat… Muss ee jo och weider schaffe goen a Bensin an aner Liewenskäschte bezuelen.

Mais dovu mol ofgesinn. Dann kennt Aarbecht nach derbäi. De Patron muss dir passend Aarbechte sichen déi’s de nach maache kanns. Wat eigentlech net schwéier ass am Care Beruff. De Patron kéint sech mat sengem Aarbechter zesumme setzen an zesummen ee Plang maachen. Mais genau dat war bei mir ee Problem an ass nach ëmmer ee Problem. Ech kréie vu mengem Patron Aarbechte wou ee just de Kapp ka rëselen. Déi Aarbechten hunn guer neicht méi mat mengem soziale Beruff ze dinn. Ech muss nach ëmmer kämpfe mat hinnen dat ech aner Aarbechte ka kréien. Schliisslech kennen ech mäin Kierper am Beschten a kéint hinne soe wat fir mech am beschten ass. Mais esou einfach ass et bei mir net ofgelaf. Schlëmmer nach, ech krut onméiglech Auerzäiten an engem ganz onreegelméissege Rhythmus opgedréckt. 

Derbäi kennt den enormen Drock am Secteur, Aarbechtskolleege wou mengen et hätt een am Lotto gewonne well een hallef schafft an eng “ganz” Paie kritt…Bewunner wou em Hëllef froen, an net verstinn dat ech net méi all Aarbechte maache kann…Dann kennt nach derbäi, dat een och muss fir sech selwer akzeptéieren dat een net méi kann esou schaffen ewéi ee well.

Finanziell ass een ageschränkt vue que dat Paien ab dem Reklassement fest ausgerechent ass, an all zousätzlech Primm direkt vun der ADEM ausgeglach gëtt. Esou dat een no engem 13. Mount dann nees 3-4 Méint nëmmen eng hallef Paie kritt, bis dat een alles vis a vis vun der ADEM ofbezuelt huet wat en jo soll “zevil” bezuelt hunn. Et steigt een och ni méi a senger Carrière, well och hei ADEM direkt dat wat ee méi kritt zreckbehällt a manner ausbezilt. An net ze vergiessen Adem ass mat hire Paien zwee Méint hannendran ass. Dat heescht de Februar rechnen si Paie vun Dezember…

Alles an allem ass dat ganzt net sou einfach. Dass ee gesondheetlech ageschränkt ass all Dag, mat Péng liewe muss an da krit ee vum Patron, vun der Politik och nach keen Entgéintkommen. 

Also de Reklassement ass kee Luxus. Et hëlleft engem just dat ee Gesondheetlech bëssi besser drun ass, an sech awer nach e bëssi wäertvoll ka fillen.

Juste un coup de balai et hop...

Juste un coup de balai et hop...

Dominique (pseudo)

« J’ai le sentiment d’avoir été usée jusqu’au bout et on se débarrasse de moi à moindre coût. Juste un coup de balai et hop.., le tour est joué ! »

Je m’appelle Dominique (pseudo), j’ai la cinquantaine et je travaille à Luxembourg. J’habite en France et je vis seule avec ma fille.

Je travaille dans le secteur du nettoyage depuis 20 ans environ. J’ai beaucoup travaillé et j’ai fait pendant longtemps mon travail avec un certain plaisir. Et pourtant à l’arrivée d’une nouvelle responsable, tout a basculé.

J’ai un contrat de 32h/semaine par le biais de mon employeur, une société de nettoyage. Depuis 4 ans, je dispose de 20h/semaine pour faire le nettoyage de 2 bâtiments de 9 étages chacun, le parking, les entrées/sorties du parking, les devantures, les extérieurs, les poubelles intérieures et extérieures, les ascenseurs, les cages d’escaliers, les couloirs, les halls, la réception, les sanitaires, les douches, les cendriers et surtout faire de la mise à disposition.

Je dispose également de 12h/semaine pour intervenir dans 4 autres résidences. Il y a peu de temps, j’ai reçu une lettre recommandée pour m’inviter à un entretien préalable dans le but de réduire mon contrat de travail. Le lendemain de cet entretien, j’ai reçu la modification de mon contrat de travail avec un retrait de 20h/semaine. Donc à la fin du préavis, soit un mois et demi plus tard, mon contrat se limite à 12h/semaine.
Mon employeur a motivé cette diminution de mon temps de travail par la décision du client qui demande de changer le personnel mis à disposition. Mon employeur dit n’avoir aucune possibilité de m’affecter sur d’autres sites clients existants pour compenser ces heures perdues. Alors que le même jour une dizaine de salariées potentielles faisaient la file chez mon employeur pour des entretiens d’embauches.

Je suis dégoutée! Souvent je restais 15mn en plus sans que ce temps soit rémunéré pour autant. Et je devais toujours travailler à un rythme effréné, sinon je débordais encore plus. Des heures gratuites, j’en ai fait un paquet ! Parce que je n’avais pas le choix pour finir le travail et aussi par conscience professionnelle. Et voilà le remerciement aujourd’hui…

Comme beaucoup d’autres dans le secteur du nettoyage, j’ai un contrat à temps partiel et un salaire de misère. Un « salaire partiel » aussi ! Mon revenu est insuffisant par rapport à mes charges, loyer, factures, frais de déplacement et toutes les autres dépenses. Je n’arrive pas à boucler mes fins de mois. Oui ma condition est précaire. Et à force d’épuisement ma santé a lâché et je vais être hospitalisée. J’ai le sentiment d’avoir été usée jusqu’au bout et on se débarrasse de moi à moindre coût. Juste un coup de balai et hop… le tour est joué !

Durant la période de préavis, la nouvelle responsable a mis une connaissance à elle sur le chantier de 20h et m’a remis un planning avec mes nouveaux lieux de travail : chaque jour est organisé avec 2 sites différents dans des villes différentes. Je n’ai pas les moyens d’avoir un véhicule privé et je me déplace à pied ou avec les
transports en commun. Les déplacements en question représentent en moyenne 16h/semaine dans les transports. Ils ne sont pas rémunérés et ils pèsent lourd sur le portefeuille et sur la fatigue ! J’ai alors interpellé la responsable qui m’a dit : « Vous devez y aller. Si vous ne faites pas vos 32h/semaine, il y aura des conséquences. J’en ai rien à foutre, vous êtes prévue pour ces chantiers ! »

Avec de telles conditions et la réduction de mon contrat à 12h/semaine, je n’ai pas d’autre choix que de renoncer à ce travail.

Dans ces conditions comment voulez-vous travailler ? La charge physique et psychique n’est pas tenable ! Et il m’est impossible de subvenir à mes besoins et de vivre décemment …

Accompagnement d'accouchements

Accompagnement d'accouchements

Mélanie

J’ai choisi le métier de sage-femme pour donner aux femmes et aux nouveau-nés des soins de qualité tout au long de la grossesse, de l’accouchement et de la période postpartale.

J’imaginais être à leur écoute, les accompagner, leur expliquer la physiologie de la naissance, les besoins du bébé, les soutenir dans l’allaitement.

Mais déjà durant mes stages j’ai remarqué que c’est difficile d’adhérer à cette prétention de qualité. Lorsqu’il y a une forte affluence de naissances à gérer, des imprévus, des complications, une collègue malade, alors on doit s’occuper de plusieurs dames à la fois, cacher alors qu’on se sent stressée, qu’on pense déjà aux notes à ajouter au dossier d’une patiente, des résultats laboratoire qu’il faut réclamer, au médecin qu’il faut avertir….

J’ai toujours rêvé d’un accompagnement holistique de la femme, de naissances physiologiques, de bébés qui décident du moment de leur naissance, comme j’en ai vu lors de mon stage en Suisse dans une maternité et dans une maison de naissance proche.

Me sentir frustrée ici avec les nombreux déclenchements, le taux très élevé de césariennes, le nombre de sages-femmes non revu à la hausse malgré plus de naissances est un sentiment que je partage avec beaucoup de mes collègues.

Le nouveau règlement sur nos attributions est un pas nécessaire pour mieux exercer notre métier, bien qu’il ne donne pas encore la possibilité aux femmes de choisir le lieu d’accouchement et de se faire rembourser pour un accouchement extra-hospitalier. Maintenant nous attendons l’adaptation de la nomenclature des tarifs des sages-femmes et peut-être que cela me permettra de travailler en libéral adapté aux besoins des femmes.

Lehrjahre sind keine Herrenjahre... geh waschen!

Lehrjahre sind keine Herrenjahre... geh waschen!

Lynn (Name geändert)

Begonnen hab ich meine Ausbildung in einem Pflegeheim. Doch dort nahm man sich kaum Zeit für mich. Ich musste wie alle anderen funktionieren und wurde nicht wie eine Auszubildende behandelt, sondern eigentlich nur als Arbeitstier, als Waschkraft. Das war nicht schön. “Das war schon zu meiner Zeit so” bekam ich gesagt wenn ich mich traute darüber zu sprechen.. 

Nach nur 6 Monaten Ausbildung konnte ich nicht mehr, ich wäre fast zusammengebrochen. Man bügelt den Personalmangel, aus wo im Gesundheitsbereich all gegenwertig ist, mit den Auszubildendem. Es kommen dann Anrufe von anderen Stationen, wo einer krank geworden ist, wo man dann einspringen muss. Meistens bin ich einfach nur mitgelaufen, ich hab mir dann vieles im Internet angeschaut, Videos angekuckt. Da auch oft mein Tutor seine Dienste tauschen musste, mich nicht begleiten konnte.

Was mich am meisten erschreckt hat, ist dass ich oft in Situationen gedrängt wurde wo ich mich komplett überfordert gefühlt habe.

Ich lernte von Beginn an eine Arbeitswelt kennen, in der Personal- und Zeitmangel alltäglich ist. Was mir aber erst später bewusst wurde, ist dass ich schon damals vom Burnout bedroht war. Nach 6 Jahren in der Pflege habe ich dann leider meinen Traumberuf aufgeben müssen da ich diesen körperlich wie psychisch nicht mehr packte.

Back to the roots?

Anonyme

Seit méi ewéi 17 Joer schaffen ech elo am Spidol op Schichten. Dat huet mäin Mann, deen och Schichte schafft, a mech ni gesteiert.
Chrëschtdag war ni esou wichteg, an der Summervakanz fortfuere war och net fir eis an de Weekend net ëmmer mat de Kolleegen oder mat der Famill kenne feiere war och net esou schlëmm…

Bis zu deem Dag wou mir Eltere vun 2 wonnerbare Bouwe gi sinn an eis dee regulären 08h -18h Alldag mat de Kanner, deen iwwerhaapt null an a kengster Weis mat Schichte kompatibel ass, ageholl huet….

Leider hunn mir och net déi Chance dass Grousselteren oder Monni, Tatta, e.t.c. eis tatkräfteg ënnerstëtzen, sou dass den Dag scho voller Stress ufänkt wann ech Moies um 5h feststellen dass z.b. ee vun de Kanner Féiwer huet an ech um 6:15 h op der Fréischicht wann meigleg als eenzeg Infirmière soll sinn….

Wouhinner mat menge Kanner, hallef nach an der Nuet?? Congé Familiale, Gott säi Dank, huet eis Regierung dat agefouert oder awer Iwwerstonnen eranhuelen, vun deene mir der als Fleegepersonal en Masse usammelen. Geplot vu schlechtem Gewësse well ech weess dass elo keng oder net genuch Infirmièren do sinn, wat jo op der Schicht net däerf ze sinn, a respektiv Nuetsschicht no 9 Stonnen Aarbecht vläicht nach méi laang bleiwe muss bis sinn een Ersatz fonnt hunn. Mä wann ee keng aner Hëllef huet ass et leider déi eenzeg Léisung.

An och wann se net krank sinn, fir déi kleng Butze kennt scho Moies dee éischte Stress, um 5h gi sinn aus dem Bett gerappt wann Mama a Papa Fréischicht hunn.
Gott säin Dank hunn mir eng Crèche fonnt déi net nëmme vu 07h- 19h ophuet. Dei Crèchen déi dësen Horaire ubidden, kann een allerdéngs hei a Lëtzebuerg op enger Hand opzielen. Frot mech awer elo och net de Preis fir dat wat mir do bezuelen….Leider war et keng Optioun eis Kanner an der Crèche vum Spidol aschreiwen, wat en gutt Stéck méi bëlleg gi wär, well ansonte misst méi Mann dann all Dag 1,5 Stonnen Ëmwee fuere well hien net bei mir an der Géigend schafft.

All Mount op en Neits déi selwecht Ongewëssheeten an Opreegungen: komme mäin Mann an ech laanscht enee mat de Schichten, besonnesch Weekends wann Crèche zou ass… Gott säin Dank hunn mir bis elo vill vill Chance gehat a léif Aarbechtskolleegen ouni Problem mat eis Schicht getosch hunn.

Mär free eis net ewéi aner Familien op en flotte Familienweekend mä mir freeën eis wann mir Weekender laanscht enee schaffen an ee bei de Kanner ass. En Familienweekend hunn mir vläicht all 2-3 Méint eemol… Fir Feierdeeg: Ouschteren, Päischten a Chrëschtdag déi selwecht Opreegung. Chrëschtdag mat de Kanner a Vakanz fuere bleift bei eis eng Utopie, hoffen an zidderen op mir iwwerhaapt als Famill kenne feiere well 1 vun den 2 Feierdeeg 25ten oder 26ten musse mir schaffen an och Hellegowend heescht et Schicht well besat ginn.

Am Moment schaffen ech 75% a bal keng Nuetsschichte well eis Organisatioun soss net méi opgeet. Moies um 8h op, de ganzen Dag fir d‘Kanner do sinn, Kachen, Spullen, Wäschen, d‘Kanner Owes um 20h an d‘Bett bréngen an dann dono 9 Stonnen op Nuetsschicht a Moies wann en vun der Nuetsschicht kennt sinn d‘Kanner schonn op, datt packt kee Mënsch. Fir Mëttesschicht déi selwecht Situatioun. Ab 8h op, déi ganz Mamaarbecht- Hausfraenarbecht an dann op déi bezuelten Aarbecht, an um 22:45h erreicht heem kommen. Net ze vergiessen dass eis Aarbecht souwuel physesch ewéi och psychesch ee souwisou oft genuch un seng Grenze bréngt. Keng Nuetsschichten ze schaffen aus familiäre Grënn dat däerf een awer net, do muss ee schonn eng Ordonnance médicale virweise kennen… Wat dat fir meng Pensioun heescht kann ech haut nach net virausgesinn.
Gott séi Dank hunn ech eng super Cheffin déi mir an och eiser ganzer Equipe, déi bal nëmmen aus Mamme besteet, probéiert esou gutt et geet entgéint ze kommen… Dat ass eng wichteg Stäip a mengem Liewen.

Alles muss getimt an organiséiert sinn, kennt eppes dertëschent geet näischt méi op….
En oppent Ouer ze fannen och datt erweist sech als ganz schwiereg, direkt heescht et dann: „Där wollt jo Kanner hunn, dat hätt där iech virdru missen iwwerleeën…. Esou ass dat ebe mat Kanner „ ….Ech wousst effektiv net dass iert een eng Famill grënnt, een sech fir d‘eischt muss kloer sinn op een sech d’Kanner finanziell nach iwwerhaapt leeschte kann, Crèche scho muss reservéieren obwuel een nach net schwanger ass, eng Platz an der Maison Relais vläicht reicht no 2-3 Jöer Waardelëscht kritt an ee ‚ normalt’ Liewen net méiglech ass wann een net vu Méindes – Freides 08h- 17h schafft…

Wei hätte mir manner Stress a méi en harmonescht Familljeliewen? Mäin Beruff ass net machbar mat Horaire mobilen a scho guer net vun doheem aus… Also wat ass d‘Leisung? De Beruff wiessele wou souwisou schonn en akute Personalmangel am Spidolsektor herrscht oder ganz ophalen mat schaffen a meng ganz Etüden a Formatioune ware soumat fir Katz!

Mä da wär et erëm Back to the roots, d’Fra bleift doheem a këmmert sech em d’Kanner, System 1960 welcome -an déi ganz Fortschrëtter vun deene lëschte 60 Joer ëmsoss?? Dat kann net d‘Leisung sinn!

Envoye-ton témoignage

1 + 2 =

Jusqu'au 7 mars 2020:

Day(s)

:

Hour(s)

:

Minute(s)

:

Second(s)

Les événéments

Plus d’informations sur les événéments des prochains mois.

Soutiens la campagne

Tu veux aider la campagne financièrement ? Clique ici pour faire un don!