Grève des Femmes* 2022

La lutte pour l’égalité continue 

Rejoins la Grève des Femmes* !

8 mars 2022 à 17h - place de la Gare de Luxembourg

Nos revendications | Se loger sans se ruiner

NOUS REVENDIQUONS LE DROIT FONDAMENTAL AU LOGEMENT.

Le Luxembourg se voit actuellement confronté à une crise du logement qui produit depuis quelques années des hausses de prix records sur le marché du logement, malgré le fait que cette crise s’annonce depuis les années 90. En chiffres cela se traduit concrètement comme suit : en 2019 les prix ont augmenté en moyenne de 11%1, en 2020 c’était une hausse des prix de 14,5%2 et finalement on peut s’attendre à une nouvelle hausse des prix pour 2021 (en attente de l’évaluation des prix du 4ième trimestre 2021). 

A cela s’ajoute le contexte de la crise sanitaire actuelle du Covid-19, lequel a aggravé davantage la situation précaire de personnes vulnérables à la recherche d’un logement en urgence. Parmi ces personnes, on trouve principalement des monoparentaux ou des victimes de violences domestiques qui pour la grande majorité sont des femmes ; rien qu’en 2020, une augmentation de 11,07% par rapport à 2019 d’intervention de police3 pour cause de violences domestiques, a été enregistré. 

Au Luxembourg l’accès au logement abordable et décent n’est pas assuré au niveau constitutionnel et ce droit n’est donc par conséquent pas reconnu en tant que droit fondamental. Au cours des années, le foncier est donc avant tout devenu un instrument de spéculation et par conséquent de moins en moins accessible pour des personnes avec un salaire minimum voire même moyen. 

Il se trouve que la grande majorité du foncier est concentrée entre les mains de quelques personnes physiques et/ou morales. 4S’ajoute à cela qu’une grande partie des terrains constructibles, c’est-à-dire sur lesquels les propriétaires auraient la possibilité de construire, ne sont néanmoins pas mobilisés.

La crise du logement se définit par une pénurie de logements décents et abordables et trouve son origine dans le fait qu’une très petite quantité de personnes physiques et/ou morales détiennent la grande majorité du foncier disponible au Luxembourg à des fins spéculatives. Même si cette crise touche la société dans son ensemble, la JIF s’en préoccupe également dans ses revendications phares, car de nombreuses femmes font partie des personnes les plus touchées par cette crise, notamment les femmes monoparentales, les femmes de couleurs, les personnes LGBTIQ+ et les femmes victimes de violence domestique.  Le contexte de la crise sanitaire actuelle doit également être pris en compte, étant donné que cette crise a amplifié l’état de vulnérabilité de certaines personnes dont les victimes de violence domestique, qui a connu une augmentation de 11,07% par rapport à 2019 d’intervention de police5. 

Face à la crise du logement, le gouvernement actuel a déjà mis en place des mesures afin de lutter contre la hausse des prix et de permettre la création de plus de logement abordable. Il ne s’agit cependant ici que de mesures à long terme, qui ne permettent en aucun cas de venir à l’aide à des personnes qui se voient actuellement confrontés à des situations urgentes en matière d’accès au logement. C’est pourquoi la plateforme JIF fait appel au gouvernement de procéder à des mesures à court terme et à moyen terme pour lutter contre les conséquences qui touchent essentiellement les plus vulnérables.

Voilà pourquoi nous revendiquons le droit fondamental au logement aussi bien dans la loi que dans les faits. Cela implique plusieurs actions dans l’immédiat et à moyen terme :

  • Garantir le droit au logement abordable et décent au niveau constitutionnel
  • L’instauration d’un système de candidature neutre sur le marché du logement
  • Mise en place d’une aide financière spéciale dédiée aux monoparentaux et victimes de violence domestique afin de permettre l’accès au marché de logement (normal)
  • Blocage temporaire de la deuxième voire troisième acquisition de foncier par des personnes physiques ou morales (modèle suisse)
  • Moratoire des expulsions pendant toute la période de la crise sanitaire
  • Plafonnement des loyers 
  • Augmentation des pourcentages prévu par l’article 29 du pacte logement 2.0 pour la création de logement abordable
  • Mobilisation forcée pour la création de logements abordables sur les terrains constructibles dont les communes sont propriétaires

1https://statistiques.public.lu/fr/actualites/entreprises/logement/2020/04/20200408/index.html
2https://paperjam.lu/article/immobilier-augmentation-annuel
3https://mega.public.lu/fr/actualites/2021/Juin/Violence-domestique-Une-realite-quotidienne.htm
4https://logement.public.lu/dam-assets/documents/actualites/2021/11/29pk_foncier/Complement-d-information-a-la-Note-29-de-l-Observatoire-de-l-Habitat.pdf
5https://mega.public.lu/fr/actualites/2021/Juin/Violence-domestique-Une-realite-quotidienne.html

HOUSING WITHOUT GOING BROKE! WE CLAIM THE FUNDAMENTAL RIGHT TO HOUSING.

Luxembourg is currently facing a housing crisis that has produced record price increases in the housing market for several years, despite the fact that it has been announced since the 1990s. In figures this translates concretely as follows: in 2019 prices increased on average by 11%1 in 2020 it was a price increase of 14.5%2 and finally we can expect a new price increase for 2021 (pending the price evaluation of the 4th quarter 2021). 

Added to this is the context of the current health crisis of Covid-19, which has further aggravated the precarious situation of vulnerable people seeking emergency housing. Among these people are mainly single parents or victims of domestic violence, the vast majority of whom are women; in 2020 alone, an increase of 11.07% compared to 2019 of police intervention3 due to domestic violence, has been recorded. 

In Luxembourg, access to affordable and decent housing is not constitutionally guaranteed and therefore not recognized as a fundamental right. Over the years, land has become primarily an instrument of speculation and therefore less and less accessible for people with a minimum or even average salary. 

The vast majority of land is concentrated in the hands of a few individuals and/or companies4. In addition to this, a large part of the building land, i.e., the land on which the owners could build, is nevertheless not mobilized.

The housing crisis is defined by a shortage of decent and affordable housing and has its origin in the fact that a very small number of natural and/or legal persons hold the vast majority of the available land in Luxembourg for speculative purposes. While this crisis affects society as a whole, JIF is also concerned about it in its key demands, as many women are among those most affected by this crisis, including single parents, women of color, LGBTIQ+ people, and women victims of domestic violence.  The context of the current health crisis must also be considered, as this crisis has amplified the state of vulnerability of some people including victims of domestic violence. 

Faced with the housing crisis, the current government has already put in place measures to combat rising prices and to allow the creation of more affordable housing. However, these are only long-term measures, which do not help people who are currently facing urgent situations in terms of access to housing. That is why the JIF platform calls on the government to proceed with short- and medium-term measures to fight against the consequences that affect mainly the most vulnerable.

This is why we demand the fundamental right to housing in law as well as in practice. This implies several actions in the immediate and medium term:

  • Guaranteeing the right to affordable and decent housing at a constitutional level
  • Establishing a neutral application system in the housing market
  • Establishment of a special financial aid dedicated to single parents and victims of domestic violence in order to allow access to the (normal) housing market
  • Temporary blocking of the second or third purchase of land by natural or legal persons (Swiss model)
  • Moratorium on evictions during the whole period of the health crisis
  • Capping of rents 
  • Increase in the percentages stated in article 29 of the Housing Pact 2.0 for the creation of affordable housing
  • Forced mobilization for the creation of affordable housing on building land owned by the municipalities

1https://statistiques.public.lu/fr/actualites/entreprises/logement/2020/04/20200408/index.html
2https://paperjam.lu/article/immobilier-augmentation-annuel
3https://mega.public.lu/fr/actualites/2021/Juin/Violence-domestique-Une-realite-quotidienne.htm
4https://logement.public.lu/dam-assets/documents/actualites/2021/11/29pk_foncier/Complement-d-information-a-la-Note-29-de-l-Observatoire-de-l-Habitat.pdf

Rendez-vous :

8 mars à 17 heures

Gare de Luxembourg